ALLIANCE MAGNÉSIUM : plus bas générateur de gaz à effet de serre au monde

Val-des-Sources, Québec, Canada, 15 février 2021 – Une récente étude de l’International Magnesium Association (IMA), sur l’analyse de cycle de vie du magnésium utilisé dans le transport, place clairement l’entreprise québécoise Alliance Magnésium en tête de lice en tant que plus bas générateur potentiel de gaz à effet de serre (GES), et ce, parmi tous les producteurs de magnésium dans le monde.

Démonstration de l’étude internationale : Alliance Magnésium détient le procédé le plus responsable

Les tableaux 3 et 4 (ci-bas) du sommaire de l’étude de l’IMA illustrent les émissions de CO2 selon les différents procédés de production de magnésium dans le monde. Alliance Magnésium figure en tête de lice comme étant le plus bas générateur de CO2. « C’est en effet une superbe nouvelle que la confirmation par une instance objective, externe et internationale de ce que nous démontrons avec notre procédé : Alliance Magnésium est le plus bas générateur de GES au monde! », indique Guy Adam, de l’équipe de développement durable chez Alliance Magnésium.

Conclusion de l’étude : Alliance Magnésium se démarque encore plus

En observant attentivement les tableaux présentés de même que les conclusions de l’étude, il importe de noter qu’Alliance Magnésium se démarque encore plus. En effet, lors des calculs fournis par les producteurs compétiteurs, ces derniers ont inclus les crédits carbone dont ils bénéficient alors qu’Alliance Magnésium ne l’a pas fait. L’entreprise québécoise arrive tout de même au premier rang avec moins de 5 kg de CO2 par kilogramme, et ce, sans ces autres crédits potentiels. « En fait, nous sommes déjà en bas de 5, et ce, en incluant tous les éléments externes à la production proprement dite (ex. : traitement du minerai, transport, productions des fournisseurs, etc.) et excluant les crédits carbone potentiels de l’utilisation, entre autres, de la silice amorphe qui sera aussi un sous-produit issu des résidus miniers grâce à notre procédé. », expose fièrement Joël Fournier, président et chef de la technologie.

Alliance Magnésium : démonstration du potentiel du Québec

Alliance Magnésium représente une occasion pour le Québec, grâce à ses atouts et expertises :
1) de se positionner concrètement comme un leader mondial dans la lutte aux changements climatiques grâce à l’utilisation ce métal léger pour augmenter l’efficacité énergétique dans le transport.
2) de positionner le potentiel économique majeur que représentent les résidus miniers en tant que solution pour le marché mondial des matériaux critiques et stratégiques.

Au sujet d’Alliance Magnésium
Alliance Magnésium a comme vision de produire de façon responsable, dans une perspective d’économie circulaire, un métal stratégique en contribuant de façon significative à la lutte aux changements climatiques à l’échelle planétaire. L’entreprise a élaboré et breveté une technologie fondée sur une approche de technologie propre d’électrolyse pour la production de magnésium contenu dans la roche serpentine et la fabrication de magnésium recyclé. Alliance Magnésium tirera profit de la demande croissante pour le magnésium métallique et d’alliages, notamment de la part des industries aéronautique et automobile. Ces industries sont confrontées à des défis de taille que constitue l’exigence de réduire le poids des véhicules et des équipements, et ce, pour en réduire la production de gaz à effet de serre.

– 30 –

Pour informations : Karine Vallières
Directrice des communications et des affaires publiques

kvallieres@alliancemagnesium.com / 819-620-7108

pj Annexe : Base de l’étude / tableaux 3 et 4

Base de l’étude : l’importance du magnésium pour le secteur des transports

L’IMA a produit cette étude dans le but d’appuyer scientifiquement et de façon probante l’effet du magnésium sur la lutte aux changements climatiques dans le secteur des transports. L’allégement des véhicules est identifié comme la tâche principale du secteur du transport pour atteindre les cibles de réduction de gaz à effet de serre sachant qu’il est le secteur qui contribue le plus aux émissions de GES dans le monde. Outre la diminution de la consommation d’énergie des véhicules grâce à leur allégement, l’augmentation de l’autonomie des voitures électriques constitue également une motivation importante à l’utilisation du magnésium.

Source : https://cdn.ymaws.com/www.intlmag.org/resource/resmgr/sustainability/LCA-update-summary-2020-Oct-.pdf