L’économie circulaire : au cœur du modèle d’affaires d’Alliance Magnésium

Alliance Magnésium s’inscrit dans l’approche d’économie circulaire par la récupération et l’optimisation des ressources. La matière première utilisée est d’abord la serpentine, un résidu accumulé durant plusieurs décennies par une exploitation minière antérieure, mais également des retailles de magnésium, issues d’entreprises de transformation de ce métal.

L’entreprise a développé une technologie et un procédé innovateurs qui lui confèrent une approche plus propre et moins coûteuse que celles actuellement utilisées dans le monde par les producteurs de magnésium.

Alliance Magnésium : d’un passif environnemental à un produit à haute valeur ajoutée

Le changement de paradigme proposé par l’économie circulaire peut entraîner des réductions de GES substantielles pour le secteur industriel puisque, selon un récent rapport (Circle Economy, 2019), moins de 10 % des flux de matières seraient présentement réutilisés à d’autres fins à l’échelle globale.

De façon concrète, Alliance Magnésium participe à démontrer l’impact de l’économie circulaire sur la réduction des GES dans le milieu industriel, élément essentiel à l’équation, puisque selon de récents rapports, le changement pour des énergies propres dans les industries au Québec ne sera pas suffisant pour atteindre la cible de diminution de GES que s’est donné le Québec.

Alliance Magnésium recycle également des retailles de magnésium issues de l’industrie de la transformation de métaux pour en refaire du magnésium à haute valeur ajoutée.

Saviez-vous que ?

Le magnésium est recyclable à l’infini, ce qui en permet la pleine circularité.

Transformer les rejets en sous-produits

Alliance Magnésium va même plus loin, avec les rejets séparés au procédé : tous les sous-produits extraits ont un potentiel de valorisation, soit la silice, le fer, le nickel et le cobalt.

À l’époque, Magnola, dernière entreprise à avoir possédé le site actuel d’Alliance Magnésium, rejetait 70 % de résidus à la fin de son procédé d’extraction du magnésium. Alliance Magnésium, quant à elle, profitera de la richesse de sa ressource pour améliorer le bilan environnemental. Au final, le but est de rejeter un maximum de 5 % de toute la matière première utilisée.

Silice amorphe produite par Alliance Magnésium

Le principal produit secondaire est la silice amorphe, à raison de 40 % de la matière première utilisée. Ce produit est reconnu sans danger et non cancérigène par opposition à la silice cristalline.

La production de silice par Alliance Magnésium peut améliorer le bilan environnemental de la production industrielle de ciment au Québec. Il a été démontré que chaque tonne de silice amorphe utilisée pour la fabrication du ciment réduit de 0,8 tonne les émissions de GES. En effet, une étude réalisée pour Alliance Magnésium en partenariat avec la Faculté de génie de l’Université de Sherbrooke sous la supervision du chercheur Arezki Tagnit-Hamou a conduit au dépôt d’un brevet général. Celle-ci a démontré que la silice développée et produite par Alliance Magnésium pouvait être utilisée en remplacement partiel du ciment Portland dans les bétons.

Autres métaux de grande valeur

Alliance Magnésium pourrait aussi extraire le nickel et le cobalt dans des phases ultérieures de développement. Ces métaux trouvent utilités, entre autres, dans la filière des batteries pour les voitures électriques.

Diminution des rejets

La matière première est un résidu de l’exploitation minière, entassé depuis des décennies.

 Résidus miniers (matière première)

100%

Il y aura extraction de 40 % d’oxyde de magnésium (dont 25 % sera transformé sous forme de magnésium métallique).

matiere-premiere

Après extraction du magnésium

60%

De la matière première, à même le procédé d’extraction du magnésium, la silice amorphe est également séparée, soit une quantité de 40 % des résidus miniers.

matiere-premiere

Silice retirée des rejets

20%

Toujours à partir de la riche matière première, environ 10 % de fer peut être retiré.

Fer résiduel

10%

Finalement, d’autres métaux se trouvent en plus petite quantité, mais présente tout de même un potentiel éventuel. Au final, Alliance Magnésium pourrait diminuer les résidus miniers pour en laisser aussi peu que moins de 5 %.

matiere-premiere

Après retrait Nickel / Cobalt

≤ 5 %